Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog emploi de l'ESTACA

Smart passe à l'électrique pour relancer ses ventes

12 Décembre 2012, 11:56am

Publié par Patricia VAUX

 

 

 

Le constructeur a lancé une version électrique de sa célèbre deux places.
L'occasion de redynamiser une marque en manque de croissance, et de contribuer à la diminution des émissions CO 2 de Daimler.

Smart passe à l\'électrique pour relancer ses ventes

Une « évolution logique ». C'est en termes simples qu'Annette Winckler, directrice de la marque Smart au niveau mondial, a officialisé le hier lancement de la « Smart Fortwo Electric Drive », une version électrique de la célèbre petite voiture à deux places.

Après avoir été expérimenté depuis 2008 sur plusieurs opérations d'autopartage, le concept est déjà commercialisé en Europe et s'étend progressivement à une trentaine de pays dans le monde. Disponible en version coupé et cabriolet, cette version électrique propose une motorisation de 55 kW,(75 chevaux) et une autonomie de plus de 145 km, assure le constructeur. Le moteur est fabriqué par EM-motive, un joint-venture entre Daimler et Bosch, tandis que la batterie est produite par Deutsche ACCUmotive, un joint-venture entre Daimler et Evonik Industrie.

Joli pied de nez à Renault, le modèle arrive sur le marché avant le modèle phare de la marque au Losange, la Zoé, qui a vu sa commercialisation repoussée au début 2013. Une petite victoire pour Smart, qui espère transformer l'essai, même si les objectifs restent modestes, au vu d'un marché de l'électrique encore embryonnaire. «Nous visons des ventes annuelles à cinq chiffres », commente sobrement Annette Winckler. Soit au minimum 10.000 unités.

La voiture entend profiter de son format de poche adapté à la motorisation électrique, ainsi qu'à ses arguments écologiques et économiques : en France, grâce à son bonus élevé (7.000 euros), le prix de la smart électrique tombe à 12.650 euros - prix auquel il faut cependant rajouter la location de la batterie, de 65 euros par mois.

Le véhicule doit surtout permettre de redonner un coup de fouet à la marque Smart, propriété de l'allemand Daimler. Suite à l'arrêt du Roadster en 2005 et de la Forfour (quatre places) en 2006, la marque repose sur le seul modèle de la Fortwo. Au global, les ventes sont en hausse de 2,2 % sur les onze premiers mois de 2012, à 96.383 unités, ce qui permettra au constructeur de dépasser le cap des 100.000 unités.

Un chiffre encore bien éloigné des niveaux d'avant-crise (145.000 unités en 2008). De l'avis des analystes, Smart reste structurellement déficitaire, même si Annette Winckler se contente d'indiquer que « Smart contribue positivement à Daimler ». Pour se relancer, la dirigeante mise sur l'international. Cette année, la Chine est devenue le troisième marché de Smart (11.000 unités), derrière l'Allemagne (29.000) et l'Italie (24.000). Autre perspective, le partenariat avec Renault conclu en 2010, qui débouchera, en 2014, sur la production de la troisième génération de Smart sur le site d'Hambach, et sur le développement d'une plate-forme commune pour des modèles quatre places (Twingo pour Renault), qui seront produits sur le site Renault de Novo Mesto (Slovénie). Par contre, la marque au Losange ne développera pas de modèle deux places en commun, jugeant le marché trop étroit.

Malgré ces résultats mitigés, Smart conserve un intérêt immédiat fort pour Daimler. « La marque permet d'améliorer significativement la performance énergétique du groupe allemand », juge un analyste. Alors que les ventes des constructeurs doivent, d'ici à 2020, émettre moins de 130 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre à horizon 2015, la gamme de petites voitures permet de pondérer les ventes de grosses berlines Mercedes. Nul doute que l'électrique enfoncera encore le clou…

 

 

 

Par Maxime Amiot | 12/12 | 07:00Les Echos du 12/12/12

Commenter cet article