Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog emploi de l'ESTACA

OPTIMISME EN BERNE POUR LES NOUVEAUX VENUS

23 Octobre 2009, 16:30pm

Publié par Patricia VAUX


L'étude annuelle sur les jeunes diplômés, publiée le 2 octobre par l'APEC, met en lumière l'impact de la crise sur l'emploi cadre. Réalisée entre avril et septembre auprès de 4 040 jeunes de niveau bac + 4 ou plus, elle montre combien la situation est préoccupante pour la promotion 2008, qui l'a d'ailleurs bien compris : "De 72 % l'an dernier, la part d'optimistes est descendue à 52 % aujourd'hui, dont 4 % seulement de très optimistes", explique l'étude.

Une inquiétude qui gagne même les écoles de commerce, où la part de diplômés optimistes dans leur recherche recule de 24 points. Pourtant, ces établissements restent les mieux placés, avec un taux d'emploi qui s'élève à 73 %. Les universités, elles, sont toujours moins bien loties (61 %). Même s'ils restent en bonne place, les diplômés d'écoles d'ingénieurs connaissent la plus forte baisse du taux d'emploi : il chute de 16 points par rapport à 2007, en raison du ralentissement de la production industrielle.

Ces chiffres reflètent l'effondrement du marché de l'emploi cadre - entre janvier et août 2009, le nombre d'offres publiées par l'APEC a baissé de 38 %. Si la chute concerne tous les cadres, les jeunes diplômés ont été les plus touchés, avec un recrutement à - 7 %.


L'informatique résiste

Toutes les disciplines sont concernées. C'est dans le génie civil et le BTP que le taux d'emploi a le plus régressé, avec une chute de 28 points. Sans surprise, les diplômés de la filière finances, banque et assurances subissent les conséquences de la crise financière internationale : 64 % d'entre eux occupent un emploi, contre 83 % à pour la promotion 2007. En revanche, certaines filières résistent : l'informatique et les technologies multimédias, ainsi que les métiers du secteur médical, paramédical et social affichent des taux d'emploi supérieurs à 80 %.


Autre conséquence de la crise, les conditions d'emploi sont moins favorables. Ainsi, les diplômés de la promotion de 2008 se voient moins fréquemment proposer des CDI : 54 % en ont signé un, soit une baisse de 7 points par rapport à la promotion précédente. Là encore, les jeunes issus des écoles d'ingénieurs restent les mieux lotis (75 % d'entre eux), suivis par les écoles de commerce (72 %). Du côté des universitaires, ils ne sont que 44 % à avoir signé un CDI.


Quant au salaire médian, il a diminué de 3,4 %. D'ailleurs, cette année, seuls 65 % des jeunes cadres estiment que leur poste correspond à leurs qualifications.

Enfin, la proportion de jeunes accédant au statut de cadre régresse de 6 points par rapport à la précédente promotion. Dans ce contexte, 66 % trouvent que le terme "révoltant" correspond à la situation actuelle, et 56 % pensent qu'elle sera durable. Du reste, l'APEC note que "les derniers indicateurs économiques laissent penser que la situation ne va pas s'améliorer tout de suite, et que les effets de la crise économique se feront encore sentir pour la promotion qui arrivera sur le marché en 2010".

 

Un service d'aide aux candidats


L'Association pour l'emploi des cadres a récemment lancé l'APEC Booster, un ensemble de services aux jeunes diplômés afin de les "connecter avec les entreprises". Cela prend la forme d'un nouveau site Internet, Novapec. L'objectif de cette plate-forme (http://jd.apec.fr) est d'offrir des outils de préparation à la recherche d'emploi adaptés aux jeunes diplômés. "Nous avons conçu des modules d'e-learning (apprentissage en ligne), des vidéos autour des choses à faire et à ne pas faire avec un recruteur, des mises en situation, etc.", liste Jean-Pascal Szelerski, directeur des services Web de l'APEC. A qui envoyer son CV ? Que mettre sur son profil dans les réseaux sociaux et comment optimiser sa visibilité auprès des recruteurs ? Autant de questions qui commencent à être traitées sur le site.


Lors des "semaines étudiants et jeunes diplômés", des rencontres sont proposées pour savoir quels secteurs recrutent malgré la crise, ou encore comment optimiser sa candidature avec les bons outils de communication.

En outre, pour favoriser le contact entre les diplômés et les entreprises, l'APEC doit organiser, entre novembre et décembre, une série de rencontres dans huit grandes villes de France, une opération baptisée l'APEC Booster Tour 09. Représentants d'entreprise, institutionnels, consultants de l'APEC seront présents pour "échanger de façon informelle", précise Jacky Chatelain, directeur général de l'APEC. Des espaces seront consacrés aux entretiens avec les entreprises et aux conseils en matière de recherche d'emploi.

Catherine Pétillon - Article paru dans l'édition du 20.10.09

Commenter cet article