Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog emploi de l'ESTACA

VALORISATION D'UNE EXPERIENCE PROFESSIONNELLE A L'ETRANGER

17 Décembre 2007, 15:32pm

Publié par Patricia VAUX

L'une des tables rondes organisées lors du salon des ingénieurs les 11 et 12 décembre derniers avait pour thème : "Valoriser sa carrière par une expérience professionnelle à l'étranger".

L'APEC a mené une enquête sur ce sujet et il en ressort les constats suivants :

- 60% des demandes de compétences à l'international concernent le secteur de l'industrie.

- 70% des cadres pensent qu'il y a un réel intérêt à avoir une expérience à l'international afin d'optimiser le déroulement futur de sa carrière. Mais 25% estiment que cela dépend de la spécialité dans laquelle ils exercent leur activité.
Ils soulèvent également la problématique de la gestion de la carrière du conjoint, ainsi que la scolarisation des enfants.

- Concernant le retour d'expatriation, 1/3 d'entre eux pensent ne pas revenir, 18% pensent revenir à long terme et 20% estiment revenir à moyen terme.

- Tous les cadres interrogés évoquent une inquiétude pour leur retour en France.
Ils appréhendent leur future qualité de vie en métropole, ils ont conscience que leur rémunération sera moindre et ils s'inquiètent des opportunités professionnelles qui s'offriront à eux lorsqu'ils seront de retour.

- Parmi les cadres interrogés, 23% ont commencé leur carrière à l'étranger, et la moitié de la génération des 60/64 ans a eu au moins une expérience à l'étranger.

2 millions de français travaillent à l'étranger. Le premier pays à les accueillir est l'Espagne, notamment dans les secteurs de la R & D et l'informatique. Le deuxième pays recruteur de cadres français est le Luxembourg qui recherche continuellemnt des conpétences en informatique. Viennent ensuite les pays de l'Est - Pologne, Tchéquie - et contrairement aux idées reçues, le salaire alloué aux cadres français dans les pays de l'est tendent à égaler les salaires perçus en France.

- Une autre statistique est intéressante : 50 à 80% des expatriés qui rentrent en France changent d'employeur dans l'année qui suit leur retour.

La conclusion des participants à cette table ronde est que le retour dans le pays d'origine est plus problématique que le départ en expatriation. Le retour doit se préparer avant le départ. Il faut anticiper les difficultés de réadaptation. Par ailleurs, il est fortement conseillé de garder contact avec la direction française ou la maison mère afin de ne pas se faire oublier.

Selon les DRH, une expérience trop longue à l'étranger pose un problème aux recruteurs français, ceux-ci évoquant la difficulté des cadres expatriés à se réadapter à la mentalité française et à un environnement de vie généralement moins favorable que ce qu'ils ont pu connaître à l'étranger.

Commenter cet article